Paris, le 19 mai 2014,

Je, soussigné Mathieu B. ex-référent billetterie employé par La Cinémathèque Française, ayant eu sous ma responsabilité l'équipe d'accueil engagée par City One, déclare avoir constaté à maintes reprises les dysfonctionnements de management suivants:

-horaires abusifs pendant lesquels les agents étaient contraints d'effectuer 10 à 11 heures de travail par jour avec une seule demi-heure de pause

-appels abusifs de la part de l'agence sur les portables des agents provenant notamment de leur responsable Mme Cristina Greggio afin de modifier leurs plannings ou de les déplacer, selon la convenance de l'agence, sur d'autres sites; et ce alors qu'une consigne exigeait précisément aux agents de ne pas avoir leur portable sur eux pendant leurs heures de travail. Mme Cristina Greggio, ne pouvant par ailleurs pas joindre les agents sur leurs portables, est même allée jusqu'à appeler l'accueil sommant les agents de répondre lorsqu'elle cherchait à les joindre.

-d'autre part les agents de la Cinémathèque française ne sont plus pourvus en bouteilles d'eau et pour se désaltérer ils doivent déscendre jusqu'à leur salle de repos située au niveau -2 pour remplir leurs verres ou bouteilles directement à la fontaine, et dans ce même local nous pouvons trouver un distributeur de cannettes mis précisément à la disposition des employés. En quoi le fait d'avoir sur soi une cannette ou verre d'eau peut-il être un motif d'avertissement? et de surcroît la base d'un de licenciement?
L'agent Marikita KRCMAR, avec qui j'ai travaillé pendant deux ans et dont j'ai toujours reconnu le professionnalisme, serait donc licenciée pour avoir consciemment signé une feuille d’émargement erronée et avoir bu une cannette à son poste de travail?
Cela me semblent être des motifs de licenciements bien injustifiés, notamment lorsqu'on a pu assister comme moi à des fautes de management lourdes et abusives de la part de l'agence City One.