Texte écrit en janvier 2010 par Pascal Le Duff, abonné de la Cinémathèque Française, dans le cahier de doléances :

Je suis abonné de la Cinémathèque Française depuis son arrivée à Bercy. J'ai donc constaté de fréquents changements de personnel d'accueil depuis. Je sais que certains de ces départs étaient volontaires, mais beaucoup ne l'étaient pas. Déjà, un premier groupe avaient été remplacé sans ménagement et depuis les rotations sont fréquentes.

Il est regrettable qu'il n'y ait pas une plus grande stabilité de ce personnel, étant donné que beaucoup d'entre eux sont attachés à ce lieu et n'ont rien à se reprocher. Nous sommes accueillis avec respect et rapidité et il est difficile de comprendre comment des personnes qui souhaitent travailler ici ne puissent pas rester si elles le souhaitent et si leur comportement est irréprochable.

Cela ne peut que nuire à la qualité de l'accueil si ceux qui nous vendent nos billets et nous ouvrent les portes des salles peuvent se voir renvoyer ou expédier dans un autre lieu du jour au lendemain. En début d'année, nous sommes un certain nombre à avoir constaté le départ d'agents d'accueil pour qui ce lieu représentait un vrai engagement. Renseignement pris, ces départs n'étaient pas volontaires.

La Cinémathèque, ce sont des films, des expositions, mais c'est aussi un lieu de vie. Et ces personnes sont aussi la vitrine de la Cinémathèque, il est regrettable de constater un tel mépris. J'espère que la direction tiendra compte du mécontentement de ceux qui remplissent leurs salles régulièrement. Nous sommes aussi, nous, la Cinémathèque et je pense humblement que notre avis mérite d'être pris en compte.

Ci-joint, une impression d'écran du blog de Serge Toubiana, où Monsieur Pascal Le Duff avait déjà signalé les conditions de travail des agents City One. En 2010.

impression écran